Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Poétique de la traduction chez Maurice Scève : La Deplourable fin de Flamete (Lyon, 1535) et les psaumes 26 et 83 (Lyon, 1542)

Résumé : L’obscurité de la langue scévienne s’évalue par rapport à d’autres normes langagières. La notion de projet de traduction (A. Berman), appliquée à Flamete et aux psaumes 26 et 83, permet de mettre en relation, chez Scève, un examen de la langue, un rapport au fait littéraire et une inscription sociale. La langue scévienne est-elle un usage du français qui suspend son institutionnalisation comme langue royale (1539) ? Nous constatons du moins qu’elle déjoue les jargons cléricaux et universitaires.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-u-picardie.archives-ouvertes.fr/hal-03508882
Contributeur : Audrey Duru Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 3 janvier 2022 - 19:58:10
Dernière modification le : mardi 4 janvier 2022 - 03:25:36

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-03508882, version 1

Collections

Citation

Audrey Duru. Poétique de la traduction chez Maurice Scève : La Deplourable fin de Flamete (Lyon, 1535) et les psaumes 26 et 83 (Lyon, 1542). Michèle Clément; Vân Dung Le Flanchec; Anne-Pascale Pouey-Mounou. Maurice Scève. Le poète en quête d’un langage, Classiques Garnier, pp.221-237, 2020, Études et essais sur la Renaissance, 978-2-406-09008-3. ⟨hal-03508882⟩

Partager

Métriques

Les métriques sont temporairement indisponibles