L'arithmétique morale stendhalienne et ses limites - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2021

L'arithmétique morale stendhalienne et ses limites

(1)
1

Résumé

L’article revient d’abord sur la formation, chez le jeune Stendhal, d’une science morale fondée sur les Idéologues et les sensualistes. Constatant l’aporie critique qui consisterait à rechercher chez le romancier de l’âge mûr des manifestations de cette formation intellectuelle, l’article imagine plutôt le commentaire par Helvétius, Tracy ou Bentham des deux pages célèbres dans lesquelles Julien se rend pour la première fois dans la chambre de Mme de Rênal (Le Rouge et le Noir, I, chap. XV). On y voit comment le calcul utilitariste du bonheur est doublement déjoué par l’idée du « devoir » et par l’imprévu.
Fichier principal
Vignette du fichier
Reffait - Science des moeurs.corrigé CR.pdf (207.32 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03625553 , version 1 (31-03-2022)

Identifiants

Citer

Christophe Reffait. L'arithmétique morale stendhalienne et ses limites. Laurie Bréban; Séverine Denieul; Élise Sultan-Villet. La Science des mœurs au siècle des Lumières. Conception et expérimentations., 518, Classiques Garnier, pp.333-348, 2021, Rencontres, 978-2-406-11900-5. ⟨10.48611/isbn.978-2-406-11902-9.p.0333⟩. ⟨hal-03625553⟩

Collections

U-PICARDIE CERCLL
15 Consultations
7 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More