Arrêt de service lundi 11 juillet de 12h30 à 13h : tous les sites du CCSD (HAL, Epiciences, SciencesConf, AureHAL) seront inaccessibles (branchement réseau à modifier)
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

“Quelque part entre la littérature, la sociologie et l’histoire…” : L’œuvre auto-sociobiogaphique d’Annie Ernaux ou les incertitudes d’une posture improbable

Résumé : Dans Une Femme, récit publié chez Gallimard en 1987 retraçant la vie de sa mère, Annie Ernaux affirme : « Ceci n’est pas une biographie, ni un roman naturellement [...]. Il fallait que ma mère, née dans un milieu dominé, dont elle a voulu sortir, devienne histoire, pour que je me sente moins seule et factice dans le monde dominant des mots et des idées où, selon son désir, je suis passée » (p. 106). On pourrait plus globalement qualifier l’œuvre de l’écrivaine, qu’elle situe délibérément « au-dessous de la littérature, [...] quelque part entre la littérature, la sociologie et l’histoire » (Ibidem, p. 23), comme à la croisée de l’autobiographie littéraire et de ce que les sociologues nomment l’auto-(socio)analyse, ou l'autosociobiographie. Après avoir défini cette posture ambivalente , on s’attachera à objectiver les hésitations tant génériques que stylistiques qui ont procédé à l’entrée en écriture, puis les déterminants et les enjeux indissociablement politiques et littéraires des formes d’écriture « blanche » , " plate", dépouillée, qui marquent progressivement la spécificité textuelle de l’écrivaine. En constituant les textes d’Annie Ernaux en objet d’étude sociologique, on cherchera ensuite à saisir les modalités et les effets de ce positionnement improbable, visant à brouiller les frontières entre littérature et sociologie, avant de prendre la mesure de l’ambiguïté (stratégique) d’un tel projet, en soulignant les profits symboliques, mais aussi les limites intrinsèques à ce double je(u) d’Annie Ernaux. Au-delà d’une lecture « sociopoétique » (Viala) de l’identité littéraire de cette dernière, c’est donc aussi à l’esquisse d’une sociologie des usages (littéraires) de la connaissance sociologique que l’on souhaiterait convier.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-u-picardie.archives-ouvertes.fr/hal-03682195
Contributeur : Isabelle Charpentier Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 30 mai 2022 - 18:44:58
Dernière modification le : mardi 14 juin 2022 - 11:17:44

Fichier

contextes-74 IC.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

Collections

Citation

Isabelle Charpentier. “Quelque part entre la littérature, la sociologie et l’histoire…” : L’œuvre auto-sociobiogaphique d’Annie Ernaux ou les incertitudes d’une posture improbable. COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature , Groupe de contact F.N.R.S. COnTEXTES, 2006, Discours en contexte – Théorie des champs et analyse du discours, ⟨10.4000/contextes.74⟩. ⟨hal-03682195⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0

Téléchargements de fichiers

0