Arrêt de service lundi 11 juillet de 12h30 à 13h : tous les sites du CCSD (HAL, Epiciences, SciencesConf, AureHAL) seront inaccessibles (branchement réseau à modifier)
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

‘Obsession’ de la virginité, honneur et socialisation des filles aux interdits sexuels dans la littérature (franco-)algérienne d’expression française écrite par des femmes depuis 1990

Résumé : Participant des constructions culturelles de la sexualité, construisant une représentation de la pureté et de la souillure, l’impératif de préservation de la virginité des filles avant l’alliance conjugale se retrouve, sous des modalités variables, dans les trois religions monothéistes. La nécessité de préserver l’intégrité de l’hymen d’une femme non mariée reste si forte dans l’Algérie contemporaine que le législateur postcolonial a imaginé de réprimer plus lourdement le rapport sexuel avec une jeune femme vierge, même consentante, que la sodomie d’un enfant. Cristallisant de multiples enjeux liés aux rapports sociaux de sexe, la sacralisation de la virginité féminine est aujourd’hui encore très prégnante dans les sociétés où la religion musulmane est dominante. Elle constitue l’un des aspects de la socialisation de la sexualité et, plus spécifiquement, du contrôle social de la sexualité féminine : encore souvent confisquée dès la puberté, cette dernière est posée comme illicite ou transgressive lorsqu’elle s’exprime en dehors du cadre conjugal. En cette matière, l’intime apparaît éminemment politique, en ce qu’il « incarne », au sens étymologique du terme, les relations socio-historiquement construites entre hommes et femmes, et qu’il est encadré par des normes genrées hégémoniques, assurant la reproduction de la domination masculine. Depuis une vingtaine d’années, nombreuses sont les artistes algériennes et franco-algériennes à briser le silence longtemps imposé sur ce tabou qui persiste dans la société patriarcale traditionnelle. Cette prise de parole leur vaut parfois d’être accusées dans leur pays d’origine (confronté qui plus est, pendant la décennie 1990, à la violence islamiste) de diffuser des stéréotypes occidentalo-centrés sur le statut – évidemment non homogène – des femmes dans les cultures islamiques. Si des documentaristes et des cinéastes se sont attachées à cette thématique (Yamina Benguigui, Sabrina Draoui, Rachida Krim), ce sont surtout des écrivaines francophones qui, en Algérie, à la suite des écrits pionniers de la militante Fadéla M’Rabet dans les années 1960, s’en sont emparées. Dans un contexte d’émergence de la création littéraire féminine donnant la part belle à l’expression (intrinsèquement subversive) du corps, des auteures comme Najia Abeer, Aïcha Benaïssa, Nina Bouraoui, Assia Djebar, Houria Kadra-Hadjadji, Aïssa Khelladi, Leïla Marouane, Malika Mokkedem ou encore Leïla Sebbar ont ainsi contribué à mettre en lumière les formes souvent violentes, matérielles ou symboliques, de la socialisation genrée traditionnelle et des dominations qui ont pesé ou pèsent encore sur la sexualité des femmes, notamment des plus jeunes, dans une société androcentrée. Sur plusieurs générations (elles sont nées entre 1936 et 1967), ces femmes, souvent très diplômées, occupant des positions socio-professionnelles élevées (elles sont professeurs du secondaire, universitaires, journalistes, artistes, avocates, médecins ou encore parlementaires), évoquent depuis les années 1990 la question de la virginité des jeunes filles - et ses frontières mouvantes -, les représentations stéréotypées du féminin et du masculin qui l’entourent, les enjeux et implications qui la sous-tendent, dans des récits souvent autofictionnels rédigés en français – et, pour une grande partie d’entre eux, publiés en France, ce qui facilite la levée des auto-censures, autorise un recours plus fréquent au « je » autobiographique, mais interdit alors presque de facto la lecture en Algérie. Il ne s’agira nullement ici d’universaliser les expériences mises en récit, de manière plus ou moins romancée, par quelques femmes culturellement et économiquement dotées, d’un niveau social supérieur, qui disposent des ressources suffisantes pour consacrer une part variable de leur temps à l’écriture et à la publication de leurs livres, mais plutôt de considérer ces « traces » littéraires comme un matériau – l’un des seuls disponibles actuellement sur ce thème – à objectiver sociologiquement. Face à cette violence « ordinaire » faite aux femmes, quelles sont les stratégies de prise de parole écrite, et donc de subversion et de transgression des assignations genrées traditionnelles, que ces auteures – et leurs personnages – mettent en œuvre (parfois dans l’ambivalence) en s’exprimant publiquement sur ce thème relevant de l’intime ? Ce sont tant ces pratiques de résistance que leurs mises réflexives en récit que cet article analyse, en prenant essentiellement appui sur les œuvres des écrivaines algériennes et franco-algériennes précitées, ainsi que sur les entretiens sociologiques inédits que certaines nous ont accordés.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-u-picardie.archives-ouvertes.fr/hal-03687384
Contributeur : Isabelle Charpentier Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : vendredi 3 juin 2022 - 11:57:47
Dernière modification le : mardi 14 juin 2022 - 10:05:14

Fichier

Art._Charpentier colloque Bayr...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-03687384, version 1

Collections

Citation

Isabelle Charpentier. ‘Obsession’ de la virginité, honneur et socialisation des filles aux interdits sexuels dans la littérature (franco-)algérienne d’expression française écrite par des femmes depuis 1990. Bienbeck Ricarda; El-Naggare Maroua; Fendler Ute; Gilzmer Mechtild. Transformations. Changements et renouveaux dans la littérature et le cinéma au Maghreb depuis 1990, AVM Edition (Akademische Verlagsgemeinschaft München), pp.165-188, 2016, 978-3-95477-045-8. ⟨hal-03687384⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

6

Téléchargements de fichiers

1