Writing to "defy all taboos" - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2010

Writing to "defy all taboos"

Ecrire pour « braver tous les tabous »

(1, 2)
1
2

Résumé

For the past fifteen years, many French-speaking Moroccan women writers have been breaking the silence on the persistent taboo surrounding the virginity of girls in traditional patriarchal society. In the absence of sociological studies conducted in Morocco on sexual practices, they are thus helping to shed light on the often violent forms, material or symbolic, of socialisation and domination that have constrained or still constrain women's sexuality in an androcentric system. By evoking this ban - and its shifting boundaries -, the representations of the feminine and the masculine that surround it, and the issues and implications that underlie it, in often self-fictional narratives, they acknowledge the existence of a pre-marital sexuality for girls and 'make it visible' in literature. In a country where Islam, the state religion, is both dogma and institution, culture and history, they participate more broadly in deconstructing and questioning the social relations of power at the foundation of gender relations, thus projecting the debate into the heart of contemporary Moroccan public space. Based on the works of some of these authors, as well as on the unpublished interviews that some of them have given me, the article seeks to shed light on the strategies of speaking out, of resistance and of transgression that these women writers - and their characters - implement (sometimes ambivalently) by speaking out on this "ordinary" violence against women.
Depuis une quinzaine d’années, nombreuses sont les écrivaines marocaines francophones à briser le silence sur le tabou rémanent pesant sur la virginité des filles dans la société patriarcale traditionnelle. En l’absence d’études sociologiques menées au Maroc sur les pratiques sexuelles, elles contribuent ainsi à mettre en lumière les formes souvent violentes, matérielles ou symboliques, de la socialisation et des dominations qui ont contraint ou contraignent encore la sexualité des femmes dans un système androcentré. Evoquant frontalement cet interdit - et ses frontières mouvantes -, les représentations du féminin et du masculin qui l’entourent, les enjeux et implications qui le sous-tendent, dans des récits souvent autofictionnels, elles reconnaissent l’existence d’une sexualité prénuptiale des filles et la « visibilisent » littérairement. Dans un pays où l’islam, religion d’Etat, est à la fois dogme et institution, culture et histoire, elles participent plus largement à déconstruire et à remettre en question les rapports sociaux de pouvoir au fondement des relations de genre, projetant ainsi le débat au cœur de l’espace public marocain contemporain. S’appuyant sur les œuvres de quelques-unes de ces auteures, ainsi que sur les entretiens inédits que certaines nous ont accordés, l’article cherche à éclairer les stratégies de prise de parole, de résistance et de transgression que ces écrivaines - et leurs personnages - mettent en œuvre (parfois dans l’ambivalence) en prenant la parole sur cette violence « ordinaire » faite aux femmes.
Fichier principal
Vignette du fichier
Art I. Charpentier Identité genrée version auteure.pdf (492.08 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03688947 , version 1 (06-06-2022)

Licence

Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification - CC BY 4.0

Identifiants

  • HAL Id : hal-03688947 , version 1

Citer

Isabelle Charpentier. Ecrire pour « braver tous les tabous » : Virginité des filles et rapports de genre dans quelques récits d'écrivaines marocaines francophones contemporaines. Grenier-Torres Chrystelle. L’Identité genrée au cœur des transformations : du corps sexué au corps genré, L'Harmattan, pp.143-161, 2010, collection Logiques sociales, 978-2-296-12793-7. ⟨hal-03688947⟩
8 Consultations
12 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More