Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Article dans une revue

Singuliers pluriels. L’art du multiple en Italie à la Renaissance

Résumé : Après avoir suscité l’intérêt de grands historiens de l’art de la fin du xixe siècle, la question du multiple à la Renaissance était tombée en défaveur, à l’exception d’un certain nombre de techniques, comme l’estampe, les plaquettes ou la médaille. Depuis une quarantaine d’années, des expositions ou des monographies capitales sur la sculpture et des études sur la culture matérielle, sur la fabrication des bronzes ou sur la diffusion du portrait ont renouvelé notre vision de la production artistique au xve et au xvie siècle. Il semble plus approprié d’employer le terme de production plurielle pour un bon nombre d’artefacts, particulièrement dans le domaine du stuc, de la terre cuite et de la cartapesta. De grandes précautions doivent être prises en revanche dans celui des petits bronzes, au moins jusqu’aux ateliers padouans vers 1500, le désir de produire des objets uniques ou à très peu d’exemplaires ayant eu un poids déterminant.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-u-picardie.archives-ouvertes.fr/hal-03866070
Contributeur : Louise DESSAIVRE Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mardi 22 novembre 2022 - 15:41:59
Dernière modification le : mercredi 23 novembre 2022 - 03:19:50

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Philippe Sénéchal. Singuliers pluriels. L’art du multiple en Italie à la Renaissance. Technè, 2021, 51, pp.10-22. ⟨10.4000/techne.8534⟩. ⟨hal-03866070⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0