Arrêt de service lundi 11 juillet de 12h30 à 13h : tous les sites du CCSD (HAL, Epiciences, SciencesConf, AureHAL) seront inaccessibles (branchement réseau à modifier)
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Rapport

Prégnance et évolution du « gender gap » dans les pratiques culturelles des Français(e)s

Résumé : La démocratisation, objectif affiché des politiques culturelles françaises depuis la fin de la seconde guerre mondiale, est l’objet récurrent de nombreux débats passionnés. L’observation des pratiques culturelles, qui fait l’objet en France de mesures statistiques régulières depuis 1973, grâce à la réalisation des enquêtes Pratiques culturelles des Français sous l'égide du Département des Etudes et de la Prospective du Ministère de la Culture, atteste une augmentation continue des consommations de nature intellectuelle et artistique. Mais ces chiffres ne doivent pas masquer la persistance d’importants clivages sociaux et, partant, le caractère très relatif de la démocratisation survenue, en particulier pour les pratiques culturelles régulières les plus distinctives. Par-delà la simple mise en rapport des différentes pratiques culturelles mesurées, de leur intensité et de leur fréquence, avec les propriétés sociales des pratiquant-es, ce travail interroge le sens de ces liaisons, mêlant ainsi une approche en terme de sociologie des consommations culturelles et des inégalités socioculturelles d’accès aux pratiques et produits, aux préoccupations et hypothèses des études de réception. En effet, dans le prolongement des Cultural Studies anglo-saxonnes, mais aussi des « intuitions » de Claude Grignon et de Jean-Claude Passeron, on a formulé l’hypothèse que la relation entre l’offre de produits culturels (notamment ceux à forte symbolique cultivée) et la structuration des goûts, attentes et pratiques des publics n’est ni uniforme, ni mécanique, ni exclusive. Les effets sociaux liés à l’offre culturelle – sous ses formes multiples – sont fonction des niveaux d’exposition des différents publics. Or, ceux-ci apparaissent très diversement et sélectivement exposés à cette offre, très inégalement intéressés par elle, en particulier en milieux populaires et, plus généralement, parmi les personnes les plus démunies en capital culturel hérité et/ou acquis par l’école et/ou dans des pratiques autodidactiques . Comment appréhender, dans un tel contexte, les conditions de formation et d’évolution des (jugements) de goûts et des « horizons d’attente » de ces groupes sociaux en matière culturelle ? L’exploitation statistique (primaire et secondaire) des données des enquêtes Pratiques culturelles des Français permet de montrer à quel point, bien davantage que la proximité géographique et/ou la multiplication du nombre des équipements sur le territoire, les variables sociologiques classiques restent plus que jamais opérantes pour saisir les logiques de différenciation à l’œuvre dans l’intérêt pour la culture, l’intensité et la fréquence de l’exposition à l’offre culturelle. Enfin, ce rapport souligne le caractère fortement genré de certaines pratiques et sociabilités culturelles, notamment lectorales. Dans ce champ déjà bien défriché qu’est la sociologie de la lecture, peu de travaux avaient alors été consacrés aux sociabilités autour des pratiques lectorales. Sans doute fallait-il y voir la prégnance de la représentation lettrée traditionnelle de l’acte de lire comme rapport direct, silencieux et individualisé à l’écrit, soustrayant l’individu à toute forme de déterminations sociales, et œuvrant à sa plus grande autonomie. Une telle représentation de la lecture occulte pourtant les diverses formes que peut (ou qu’a pu ) prendre le rapport au livre et, notamment, toutes les pratiques sociables (prescriptions, transactions matérielles et symboliques au sein des espaces familiaux, conjugaux, scolaires, professionnels et/ou amicaux…) qui se nouent autour de lui. L’objectif de cette partie de l’enquête était d’explorer les effets différenciés selon le genre (contrôlé par l’âge, le niveau de diplôme, la trajectoire socioprofessionnelle, l’origine sociale, la taille de la commune de résidence…) de ces pratiques de sociabilités (passées et actuelles), plus ou moins intenses, sur les conditions de formation et d’évolution des « goûts » et des horizons d’attente des individus en matière de pratiques de lecture.
Type de document :
Rapport
Liste complète des métadonnées

https://hal-u-picardie.archives-ouvertes.fr/hal-03695803
Contributeur : Isabelle Charpentier Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mercredi 15 juin 2022 - 11:32:48
Dernière modification le : jeudi 16 juin 2022 - 17:20:51

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-03695803, version 1

Collections

Citation

Isabelle Charpentier, Patrick Lehingue, Eric Darras, Emmanuel Pierru. Prégnance et évolution du « gender gap » dans les pratiques culturelles des Français(e)s. [Rapport de recherche] Université de Picardie - Jules Verne / Département des Études et de la Prospective (DEP) du Ministère de la Culture. 2001. ⟨hal-03695803⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0